Mairie de Pérols (34), surveiller le domicile des défunts lors de leurs obsèques

Mairie de Pérols
Depuis fin 2019, la mairie de Pérols (Hérault – 9000 habitants) fait surveiller le domicile d’administrés décédés lors de leurs obsèques. Les policiers municipaux se postent à proximité de l’habitation. Les familles ne risquent plus, de retour de la cérémonie, de subir le choc supplémentaire d’une effraction ou d’effets dérobés.

LA PROBLÉMATIQUE

Courant 2019, des cambriolages ont lieu à Pérols (Hérault) et dans les communes alentour. Ils visent les domiciles d’un défunt pendant ses obsèques. De quoi émouvoir les familles, le conjoint en particulier, qui ajoutent à leur tristesse ce traumatisme de voir l’habitation de leur disparu dévalisée, vidée ou vandalisée. Les cambrioleurs s’informent par les avis de décès dans la presse régionale.

LA SOLUTION

La commune de Pérols décide fin 2019, à la suite d’un cambriolage particulièrement odieux, de mettre en place une surveillance policière systématique des domiciles de défunts lors de leurs obsèques. Il s’agissait de la maison d’une ancienne personnalité du village: lors de son enterrement, elle avait été cambriolée, et des bijoux et souvenirs avaient été emportés – ce qui avait affecté sa veuve de retour chez elle.

Depuis, les policiers municipaux, sur demande du maire Jean-Pierre Rico, se postent quelques heures, la durée des obsèques, près des domiciles vides. En 2020, une quinzaine d’habitations ont fait l’objet d’une surveillance, lors d’un enterrement ou d’une crémation. Aucune effraction n’a été enregistrée.

LES BÉNÉFICES-CLIENTS

L’apaisement des personnes en deuil

Ces surveillances contribuent à l’apaisement des personnes en deuil, qui « ont bien assez de choses à gérer » (Nicolas Jonquet) pour s’occuper de surveiller leur habitation pendant des obsèques. Elles peuvent aller au cimetière, à l’église, au restaurant, etc et parler avec leurs proches, « prendre du temps et se libérer l’esprit » (N. Jonquet), sans se dire que des cambrioleurs vont s’inviter au domicile de leur disparu.

Préserver les biens mais aussi la mémoire, d’une personne décédée

Ce dispositif préserve les biens mais aussi la mémoire, d’une personne décédée, qui sont protégés dans un moment critique, et ne finiront pas trivialement sur des sites de petites annonces, des brocantes ou chez des gens peu regardants.

Surveillance gratuite

Portée par des policiers municipaux, la surveillance est, en outre, gratuite et le fait d’agents « de proximité » (NJ), ayant une connaissance fine des habitants, à même d’intervenir avec doigté et tact lors d’un deuil. « Nous sommes souvent les premiers sur les lieux d’un décès, indique le chef de police municipale, on nous appelle spontanément. C’est nous qui alertons un médecin, puis qui indiquons aux familles, qui sont souvent perdues, les démarches à suivre pour une prise en charge du corps. La mort est pour nous, comme pour la police nationale ou le SAMU, familière ».

COMMENT ÇA MARCHE ?

Le recours à des policiers municipaux, dument formés et patentés, évite aux familles d’appeler des agents de sécurité privée coûteux, ou de mobiliser des proches ainsi privés de cérémonie, plus ou moins adroits et exposés à un cambriolage qui tourne mal.

Plus marginalement, cette intervention évite aussi la constitution de groupes d’administrés, autogérés et sur le qui-vive, qui n’ont pas le professionnalisme pour intervenir en cas de soupçon ou d’effraction.

Le système des « voisins vigilants », que la mairie de Pérols a initié par le biais de conventions avec des habitants, complète le travail des policiers municipaux. La mairie fait peu de communication autour du dispositif de surveillance, craignant de se « faire de la publicité sur le dos » des gens dans la peine. Par ailleurs, rien n’empêche une mairie – avec ou police – de communiquer, a minima, sur le risque encouru par les domiciles lors d’obsèques.

Enfin, il est à noter que la mairie de Pérols s’équipe actuellement de caméras de vidéosurveillance – 70 à terme -, qui renforceront la sécurisation des biens et mouvements des habitants, lors d’obsèques comme de tout autre moment.

 

  1. Les policiers de Pérols sont avertis d’obsèques (nom du défunt, lieux et horaires de cérémonies) par un courriel du service Population. La famille, qui ne pense pas forcément à une menace sur le domicile de son défunt, n’a rien à faire. La surveillance s’effectue automatiquement, sans information préalable.
  2. Dès la réception de courriel, le chef de police a plusieurs jours pour organiser et planifier la surveillance, plus encore quand le domicile est en périphérie ou à l’écart du centre-bourg, où des patrouilles tournent régulièrement.
  3. Au début, les policiers – deux en général – garaient leur voiture devant l’appartement ou la maison du défunt jusqu’au retour d’occupants. Le dispositif a évolué, pour céder la place à des surveillances « moins agressives » (visuellement) et ne suscitant pas d’interrogations ou de rumeurs. Elles sont menées par des policiers en VTT, qui restent discrètement à distance du domicile tout en l’ayant sous contrôle visuel.

TÉMOIGNAGES

EN QUOI CETTE INITIATIVE CHANGE LE MONDE ?

L’initiative se limite pour le moment à notre commune mais nous espérons inspirer d’autres communes qui seraient elles aussi visées par des cambriolages fréquents. Apporter cette sécurité aux familles lors des funérailles de leurs proches est pour nous une belle manière de leur être attentifs.

Jean-Pierre Rico, Maire de la commune de Perols

Les perspectives que cette innovation offre au secteur

Les élus locaux, à leur échelle, peuvent participer à l’apaisement et la réassurance des familles dans ce moment de peine.

VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS ?
VOUS INVESTIR DANS LE PROJET ?

1973